login
Djibey
login
Le 21 novembre 2012 à 1 h 00 min   

Portal 2 est sorti il y’a un petit moment déjà. Il a, comme son prédécesseur, souffert d’une durée de vie bien trop courte (à peine une dizaine d’heures de jeu entre le solo et le multi). C’est donc l’occasion de ressortir les bons vieux mods pour portal, qui n’a pas pris une ride :) Ce classement est personnel et n’engage que moi.

5 : Portal pro

Portal pro s’axe sur la difficulté à résoudre des puzzles plus que sur la difficulté « technique ». Peu d’enchaînements compliqués à réaliser mais une bonne dose de réflexion. Pour les amateurs du genre :)

Lien modb

4 : Blue portals

Blue portals modifie le jeu original en y ajoutant de nouveaux objets pour venir à bout des salles de test.

Lien modb

3 : Portal memories

J’ai trouvé Portal memories très intéressant, le mod (divisé en trois parties, dont seules les deux premières sont disponibles pour l’instant) propose de retourner plusieurs fois dans un même environnement avec des difficultés changeantes.  Il y a de bonnes idées mais la durée de vie est malheureusement bien trop courte. De plus, le jeu n’est pas très bien optimisé et peut faire peiner les petites configurations.

Lien modb

2 : Aperture déjà vu

Aperture déjà vu (en Français dans le texte) propose une expérience intéressante : le mod amène le joueur à refaire plusieurs fois une carte similaire avec des possibilités différentes à chaque fois. Une excellente expérience de jeu pour ma part :)

Lien moddb

1 : Portal Prelude

Portal Prelude est incontestablement le meilleur mod Portal à ce jour. Préquelle du jeu origine, il présente la particularité d’offrir une durée de vie au moins aussi importante que son prédécesseur. Son niveau de difficulté est par ailleurs bien plus élevé que dans ce dernier, ce qui ne sera pas pour déplaire à la plupart des joueurs ;)

Site officiel

login
Djibey
login
Le 9 novembre 2010 à 1 h 02 min   

Le soucis avec un Arduino c’est que les possiblités qu’il offre sont tellement grandes qu’il est difficile de savoir par quoi commencer :)

J’ai eu envie de faire du time-lapse avec mon Nikon D3000, un appareil reflex d’entrée de gamme. Pour ce faire, il existe deux solutions avec cet appareil photo :

  • Utiliser la connexion USB

Nikon propose un logiciel nommé Camera Control Pro qui présente deux défauts majeurs : il est payant (cher, 119 euros) et n’est pas compatible avec le D3000 (pourtant avec un D40 ou un D60 ça fonctionne…) ce qui l’élimine de la liste. J’ai trouvé un logiciel gratuit pour prendre le contrôle : DIYPhotobits.com Camera Control 5.2. Pour la liste des fonctionnalités, une capture d’écran (deux plutôt, la fenêtre principale est toute en longueur) sera plus parlante qu’une simple liste :

Ce petit freeware propose beaucoup de fonctions comme le réglage des paramètres de prise de vue (si appareil en mode « M »), le stockage de photos directement sur l’ordinateur, le time-lapse en définissant le nombre de photos et la fréquence ainsi que le bracketing entre autres. Ceci-dit, la prise de vue via un ordinateur n’est pas le but premier de cet article, pour ma part, il me fallait pouvoir prendre des photos en time-lapse sans avoir à emporter mon ordinateur portable partout avec moi.

  • Utiliser l’infrarouge

Comme bon nombre de reflex Nikon (et même de bridges, compacts…) le D3000 dispose d’une réception infrarouge permettant de prendre des photos à l’aide d’une télécommande (Nikon ML-L3) c’est donc cette solution que je vais utiliser en envoyant le signal infrarouge à l’aide de mon arduino.

Tout d’abord il faut récupérer le profil infrarouge déclenchant l’obturateur, une recherche sur internet m’a permis de le trouver :

2000us on (40khz modulated)
27850us off (no signal)
390us on
1580us off
410us on
3580us off
400us on
-- repeated a second time after 63ms

Ce qui donne dans l’IDE arduino (code source entier) :

void takePicture() {
 for (int i=0; i < 2; i++) {
 pulseON(2000);
 pulseOFF(27850);
 pulseON(390);
 pulseOFF(1580);
 pulseON(410);
 pulseOFF(3580);
 pulseON(400);
 pulseOFF(63000);
 }
}

Ce qui donne en vidéo :

Il faut noter que n’ayant pas de diode IR, j’ai utilisé une diode blanche que j’avais en stock, ce qui ne semble pas poser de problèmes mais réduit beaucoup la portée de réception.

Encore pas mal de changements à signaler ces derniers temps sur le chantier du pont Eric Tabarly, souvenez vous de ma dernière photo (article : Chantier du pont Tabarly de Nantes : troisième épisode) :

coucher de soleil pont eric tabarly

Lire la suite…

login
Djibey
login
Le 19 mai 2010 à 23 h 00 min   

Beaucoup de mouvement cette première quinzaine de mai sous mes fenêtres, en effet, c’est un autre bout de tablier de 880 tonnes qui vient d’être posé, il ne reste donc plus qu’une cinquantaine de mètres pour franchir la Loire.

barge sur la loire
Jeudi 6 mai : arrivée du second tronçon et du pylône (qu’on aperçoit collé au tablier)

Lire la suite…

login
Djibey
login
Le 13 mai 2010 à 12 h 00 min   

La musique électro-cadienne (ou cajun) vous connaissez ?

Bon, Féloche c’est un peu particulier, une sorte d’objet chantant non identifié. Le garçon s’accompagne de deux musiciens sur scène : Léa Bulle et Christophe Malherbe, respectivement musicienne ultra polyvalente et contrebassiste. J’ai eu pour ma part la chance d’aller les voir en concert dans une toute petite salle (on devait être une petite quarantaine), ce qui n’a pas empêché d’assurer le show.

Voici deux petits extraits du premier album de Féloche :


Pour le reste, je vous invite à acheter l’album (qui vaut le coup !) ou à l’écouter sur Deezer ou Spotify.
login
Djibey
login
Le 11 mai 2010 à 0 h 00 min   

(désolé)

Supinfo et Epitech font beaucoup parler sur les forums d’informatique, comme vous pourrez en juger sur ces divers liens (et ce n’est qu’une toute petite partie).

Pour ma part, je suis un ancien d’Epitech, passé chez Supinfo après un an. C’est pourquoi je pense que mon avis peut aider un étudiant indécis dans le choix de sa prochaine école :) .

Le prix

Supinfo et Epitech sont des écoles privées, il faut donc payer des frais de scolarité à l’année

  • Pour supinfo : l’année coute 4990 euros auquel il faut rajouter le prix d’un ordinateur portable récent (double cœur, 4go ram, virtualisation…), l’école ne fournissant pas de matériel informatique.
  • Pour Epitech : C’est un peu plus compliqué : le cout de l’année varie selon le site (Paris ou province) et l’année. Un élève rentrant en troisième année en province devra débourser 8500 euros répartis comme suit :
    • 40 euros de frais d’inscription
    • 7250 euros de frais de scolarité
    • 360 euros de frais annexes (photocopies)
    • 850 euros de caution pour l’ordinateur portable (restituée à la fin de la troisième année, l’étudiant garde le pc portable)

La pédagogie

C’est la toute la différence entre ces écoles.

  • Supinfo est une école d’informatique généraliste qui survole une quantité importante de domaines informatiques, c’est à l’élève de choisir dans quelle spécialité il approfondira choisira d’approfondir. L’année est découpée en séminaires d’une à trois semaines, pour ma part cette année (troisième année) j’ai eu entre autres : Cisco security, .NET ADO, Active Directory, Java Mobile, Administration de serveur linux (MCA)… La travail à la maison se limite très souvent aux simples révisions requises par les cours, laissant ainsi à l’élève beaucoup de temps libre pour faire un stage (une à deux journées de libres par semaine) ou créer une entreprise (beaucoup d’étudiants entrepreneurs à l’école).
  • Epitech propose une méthodologie axée autour des projets. Des outils sont proposés (cours en e-learning, quelques cours en présentiel, élèves assistants des années supérieures) et c’est à l’étudiant  de se débrouiller pour finir un travail. Il faut mener plusieurs projets de front, certains bien plus difficiles que d’autres, la gestion du temps devient alors primordiale. Epitech laisse très peu de temps libre, la possibilité de partir en week-end se fait rare et les vacances inexistantes (mis à part la semaine de noël). Des « rush » ponctuent l’année, il s’agit d’une période de 48h données pour résoudre un projet par groupe de 2,3 ou 4. Particularité notable : les trois premières années débutent par une période intensive de mise à niveau appelée « piscine ». Pendant 2 à 3 semaines les étudiants assistent à 4h de cours quotidiens (de 9h à 13h) puis ont ensuite jusqu’à 23h42 pour faire une série d’exercices d’application. (1ere année : C, deuxième année : PHP, troisième année : C++).

Professeurs

  • Supinfo fait appel à des STA (Supinfo Teaching Assistant), il s’agit d’élèves en année supérieure qui donnent les cours. De temps en temps, l’école fait appel à des intervenant extérieurs pour certains matières.
  • Epitech utilise les mêmes méthodes, les étudiants enseignants s’appellent alors « Astek » (Assistant Epitech). Leur rôle est surtout d’assister les étudiants afin qu’ils puissent mener leur projet à bien plutôt que de donner des cours, la pédagogie de l’école étant faite ainsi.

Conclusion

J’ai pour ma part arrêté Epitech car l’impossibilité d’avoir une vie totalement saine me déplaisait. En gros, je me pensais geek avant d’arriver la bas, l’école m’a prouvée le contraire en quelques mois, passer jusqu’à 14 heures par jour derrière un écran s’avère bien plus difficile que ce que je pensais.

Il est possible de critiquer Supinfo sur de nombreux points de vue, l’école rencontrant des soucis financiers et des problèmes de communication entre la direction et les élèves. Pour ma part le campus que je fréquente (Nantes) n’a jamais eu de problèmes à ce niveau la, sa gestion est saine et nous pouvons bénéficier de cours dans de bonnes conditions.

Je suis pour ma part pleinement satisfait de mon changement d’école. J’ai maintenant beaucoup plus de temps libre et moins de pression au quotidien, ce qui me permet de me consacrer à de nouveaux projets personnels et professionnels. Je ne crache pas non plus sur Epitech. Cette école n’était pas faite pour moi, cependant la plupart des élèves qui la fréquentent en sont vraiment satisfaits.

login
Djibey
login
Le 17 avril 2010 à 1 h 00 min   

Pont Eric Tabarly

Suite à mon article précèdent sur la construction du pont Eric Tabarly de Nantes, j’ai décidé de contacter ETPO (l’entrepreneur en charge d’une grosse partie de la construction du pont) afin de demander une visite du chantier, ce qui m’a été accordé cet après midi. J’ai donc eu la chance de voir de bien plus près ce chantier un peu hors normes et aussi de poser quelques questions :) . Lire la suite…

login
Djibey
login
Le 7 avril 2010 à 9 h 00 min   

Le cintre c’est une vidéo que j’ai découverte il y’a quelques années sur laquelle je me suis tapé un gros délire.

Bon, c’est amateur mais je trouve ça plutôt bien fait, en plus c’est une bonne introduction au concept de l’ellipse corporelle :)

Je vous laisse juger :

(désolé)

login
Djibey
login
Le 6 avril 2010 à 17 h 30 min   


Enfin un article pour inaugurer la catégorie « Nantes » de ce blog :)

Nantais depuis déjà 1an 1/2 je suis spectateur d’un étrange ballet de camions depuis quelques mois. Un pont est en construction pas loin de mes fenêtres, m’offrant ainsi un point de vue privilégié sur un chantier pas comme les autres. C’est donc armé de mon appareil photo que j’essaierai de vous faire vivre les étapes de la construction de cet ouvrage.

Lire la suite…

login
Djibey
login
Le 16 mars 2010 à 17 h 30 min   

De temps en temps il m’arrive d’aller au cinéma et d’y voir des films (voila j’ai capté votre attention, je continue). Je suis donc allé voir ce film dont tout le monde parle, « chef d’œuvre » censé raviver notre devoir de mémoire, j’ai nommé « la rafle ». Or, je n’ai pas aimé.

J’avais été profondément marqué par « la vie est belle », « la liste de Schindler » ou encore « le pianiste », en ce qui concerne « la rafle », c’est autre chose.

On va faire simple : les acteurs sont mal dirigés (pourtant avec Jean Reno y’avait du potentiel…) et l’ensemble du film n’est pas crédible, en même temps, porté à l’écran par Rose Bosch (animal, bimboland), il y avait de quoi avoir quelques craintes. Dommage d’avoir traité un sujet aussi grave avec si peu de talent. Le film, bourré de clichés débouche sur une fin aussi larmoyante qu’inutile.

Ce film aurait eu sa place sur France 2 en tant que téléfilm voire docu-fiction, il pourrait aussi s’adresser aux scolaires mais par pitié, n’appelez pas ça du cinéma.

PS : Comme souvent pour les mauvais films, la bande annonce montre 3/4 des scènes « marquantes », je vous propose donc en exclusivité 3/4 du film « la rafle ».

Propulsé par WordPress   |   Template réalisé par Graphical Dream | Me contacter | Qui s'amuse à lire le footer ?
Haut de page